Sujet du livre

Ce livre est l histoire d un enfant, un petit garçon, qui part à la chasse aux papillons. L’ enfant pense que son ombre, qui le suit, le gène dans sa chasse car elle fait peur aux papillons, qui s’envolent avant même qu’il ait l’occasion de se servir de son filet. Il décide alors de s’en débarrasser et invente dans ce but toutes sortes de pièges. Sans résultats, il va faire un tour du monde pour tenter de l’immobiliser dans la glace, de la perdre dans des détours … voire même de la faire fondre dans le désert. C’est précisément dans le désert qu’un compagnon de rencontre, un renard des sables, lui explique combien son ombre est utile et combien il est essentiel de faire la paix avec elle. Le petit garçon réalise alors que son ombre fait partie de lui même : elle devient alors sa meilleure amie, jusqu’à vouloir l ‘aider à attraper les papillons.

L’ombre illustre la partie de nous-même que l’on ne connait pas, qui en quelque sorte nous échappe… mais elle nous rattrape. On ne peut vivre sans ombre. Le message du livre est que pour devenir soi-même, il faut réunir ce que l’on connait de soi et être ouvert à ce que l’on ne connait pas. Il est essentiel alors de tisser des liens avec cette partie de soi qui nous semble au premier abord étrangère, voire inconnue, souvent dérangeante.

lapin_shadow

Voici le commentaire d’un ami psychanalyste jungien :

« Entre les lignes de ce petit livre, sous une apparente simplicité et magnifiquement illustré, se cache un profond message :
la futilité de notre quête à vouloir échapper à ce que nous ne voulons pas voir de nous-même. Bien sûr, partagez ce livre avec vos enfants, mais lisez-le soigneusement et tirez en des conclusions (ou tenez-en compte) : si, quelque soit notre age, nous comprenions la vérité de ces pages, notre vision du monde changerait sous nos yeux. »

« Laurence de Rosen et Catherine Arnoux ont imaginé et illustré cette charmante histoire d’un petit garçon qui cherche l’impossible : échapper à la partie inconnue de lui-même. Aidé dans sa quête par des éléments qu’il cherche dans la nature, il devient le compagnon de son ombre, dont il voulait se débarrasser. C’est un livre d’enfant qui contient un message intemporel pour chacun de nous… »

rfms_Garcon

En illustrant ce livre, j’ai voulu faire quelques références :

  • D’abord, au célèbre « Penseur » de Rodin, et ceux qui connaissent Philadelphie reconnaitront l’entrée monumentale de
    son Musée Rodin, à l’arrière de mon petit penseur. C’est un de mes endroits favoris.
  • Je fais ensuite allusion au « Petit Prince » de St-Exupéry, dont je me suis au départ, en tout cas inconsciemment, inspirée
    pour faire voyager mon personnage dans des espaces et temps irrationnels.
  • Et je n’ai pas pu m’empêcher de mettre en image le renard des sables, car dans ma jeunesse, au retour d’un séjour en
    Afrique du Nord avec mes parents, mes soeurs et moi avions ramené deux renard des sables, Isis et Osiris, comme
    animaux domestiques. Ils se sont révélés plus sauvages que nous ne l’aurions souhaité… mais j’ai toujours admiré
    leur attitude gracile et leur couleur délicate.

Catherine Arnoux